« Où est mon canapé » Les propriétaires étaient satisfaits des trois jours de campagne. Mais le chien a laissé entendre qu’il était temps d’aller à l’appartement.

Le chien n’aimait pas les vocations, il persistait à aller à l’appartement

Julia et Rinat étaient de fervents randonneurs. En fait, pendant l’un d’eux ils se sont rencontrés, puis une énorme compagnie étudiante s’est rassemblée.

Les années ont passé, et maintenant le jeune couple ne pouvait pas sortir de ces tentes au plus deux fois par an. La vie a été affectée, et j’ai dû synchroniser le temps des vacances. En conséquence, chaque vocation de deux jours avec des tentes s’est transformée en vacances réelles.

Georges est apparu dans la famille de Yulia et Rinat il y a environ un an, et tout ce temps il a mené la vie mesurée d’un chien domestique. Dans la rue, il ne passait pas plus de deux heures par jour : une courte promenade le matin et une longue le soir. Cela suffit à Georges : si les propriétaires s’attardent dans la rue ou vont plus loin que d’habitude, il les envoie discrètement plus près de chez eux et de leur canapé préféré.

Jorjik n’a pas été pris sur la dernière campagne, il était juste un chiot. Au lieu de cela, il a passé trois jours avec des amis, terriblement inquiet pour les propriétaires et noyant son angoisse mentale en essayant de ronger ses chaussures (à la maison, il ne s’est jamais permis de le faire).

Mais maintenant tout a changé : Georges n’était plus un chiot, mais un jeune chien complètement sain et actif. Par conséquent, il était apte à participer pleinement à la campagne. De plus, la connaissance, craignant pour les chaussures, refusa catégoriquement de reprendre ce mangeur de chaussures insidieux.

Pas plus tôt dit, que fait. Dans le train, Georges s’est bien comporté, bien qu’il se soit permis des regards immobiles en direction de la jeune fille, qui faisait face. Peut-être parce qu’elle a mangé du shawarma.

Pas plus tôt dit, que fait. Dans le train, Georges s’est bien comporté, bien qu’il se soit permis des regards immobiles en direction de la jeune fille, qui faisait face. Peut-être parce qu’elle a mangé du shawarma.

Au début de la randonnée, le chien n’avait pas l’air particulièrement surpris non plus : la zone où il piétinait joyeusement après ses propriétaires n’était pas très différente du parc dans lequel il marchait tous les jours.

Les premiers soupçons de Georges surgirent environ une heure plus tard. Il courut jusqu’à Yulia, puis jusqu’à Renat, pénétrant dans ses yeux, comme s’il voulait demander : « Quand vas-tu rentrer chez toi, sur le canapé ? Et manger ? »

Vers le soir, Georges perdit toute réserve d’optimisme inné. J’essayai même de gémir. Et il a fait une partie du chemin, assis fièrement sur les bras de Rinat, uniquement pour compenser le poids du sac à dos sur son dos !

Avant la nuit, Georges faisait face à un autre problème. Il a l’habitude d’être conduit en laisse pour affaires! Le fait que vous puissiez courir vous-même jusqu’aux buissons les plus proches n’entrait tout simplement pas dans la tête du chien. En fin de compte, il a quand même deviné, mais quand il est revenu, il a regardé les propriétaires avec une grande désapprobation, comme s’ils l’avaient poussé dans quelque chose d’indécent.

Le lendemain passait aussi pour le chien dans la rue constante. Sur le chemin du retour, il s’endormait dans le train, reposant sa tête sur les baskets de Yulia. Même un shawarma ne pouvait pas troubler ce rêve d’ouvrier.

À la maison, Georges monta immédiatement dans sa chaise préférée et, après quelques minutes, il ronflait déjà avec force et force. J’ai dormi jusqu’au dîner et toute la nuit. Et même pour une promenade matinale, qu’il attendait habituellement avec impatience, il est allé comme à contrecoeur : ils disent, nous vous connaissons, laissez-vous sortir, vous disparaîtrez pendant plusieurs jours!

 310 total views

Like this post? Please share to your friends: